Le Bono

Le Plan local d’urbanisme révisé à la majorité - Crédit: Ouest-France

Après deux ans de procédure, les élus de la commune ont voté la révision du Plan local d’urbanisme, lundi soir, lors du conseil municipal par 10 voix pour, 4 contre et 3 abstentions.

Réuni lundi soir, le conseil municipal a voté la révision du Plan local d’urbanisme (PLU), à la majorité, par dix voix pour, quatre contre et trois abstentions. Le maire Jean Lutrot a rappelé, en préambule, les raisons de cette révision. « Il est nécessaire d’adapter les dernières évolutions réglementaires comme la loi Alur », a-t-il déclaré.

Un nouveau projet, différents enjeux

Depuis la réunion publique de présentation, les élus ont tenu deux permanences en mairie les 13 et 20 octobre dernier, en présence de Charlotte Le Talour du cabinet EOL. Une exposition sur le PLU a aussi eu lieu en mairie.

Ce nouveau projet de territoire répond à différents enjeux. Tout d’abord, la volonté d’accueillir de nouveaux ménages à l’année. 500 nouveaux habitants sont attendus d’ici 2030. Le scénario retenu prévoit la création de 320 logements, tout en limitant la consommation foncière. 25 ha vont être ainsi économisés sur l’ancien PLU, par une densification du bourg et par l’urbanisation de la ZAC Sud de Mané-Mourin Lavarion. Le texte prévoit aussi la préservation et la mise en valeur du patrimoine maritime, mais aussi culturel et paysager du territoire. Il intègre notamment la suppression des zones Uip (Zone d’activités portuaires et maritimes) du Berly et du Baël.

Enfin, le PLU créé des outils afin de favoriser le développement des activités économiques sur le territoire. Un linéaire commercial est créé le long de la rue Pasteur. Ce point a soulevé des inquiétudes chez certains élus. Ils regrettent que les rez-de-chaussée commerciaux ne puissent changer de destination et devenir, par exemple, des habitations. « Nous souhaitons favoriser l’installation de commerces dans cette rue Pasteur qui, historiquement, est l’artère principale du bourg » , appuie Jean Lutrot.

Désormais, le texte final va être transmis aux Personnes publiques associées avant d’être soumis, pendant deux mois, à une enquête publique. Les habitants pourront rencontrer l’enquêteur public et lui soumettre des remarques, des questions et des observations.

L’approbation définitive du document par le conseil municipal est prévue à l’été.

 

Le 24 janvier 2019

< Revenir aux actualités