LE BONO

Une réunion publique pour décortiquer le PLU

Crédit: Ouest-France

Une cinquantaine d’habitants a répondu à l’invitation de la municipalité pour cette deuxième réunion de présentation de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU).

La réunion animée par Charlotte Le Talour, chargée d’étude au cabinet Eol ; Jean Lutrot, maire du Bono ; et Michel Gilbert, adjoint à l’urbanisme, a permis de présenter les nouvelles règles d’urbanisme pour les 10 prochaines années. Le Plan local d’urbanisme (PLU) est en effet la traduction, dans un outil réglementaire, de gestion du droit du sol. « Concrètement, c’est ce que l’on peut faire ou ne pas faire. »

L’enjeu de cette révision est d’adapter le nouveau PLU à tout l’arsenal de textes réglementaires et législatifs (Grenelle, Alur, loi littorale) et de textes supra-communaux (Scot, PNR, etc.). Et c’est loin d’être une mince affaire pour le bureau d’étude Eol qui aura mis un an et demi à traduire les orientations du Plan d’aménagement et de développement durable dans le nouveau PLU.

« Densifier les espaces déjà urbanisés »

Le scénario retenu prévoit d’accueillir 500 nouveaux habitants d’ici 2030. L’objectif est de créer 320 logements supplémentaires tout en limitant la consommation foncière. Mais où construire dans une commune fortement impactée par la proximité des deux rivières d’Auray et du Bono et donc directement concernée par la loi littorale ou la présence de zones Natura 2000 inconstructibles ?

« La solution, c’est de densifier les espaces déjà urbanisés, le centre bourg et les espaces pavillonnaires autour de ce centre.

La zone nord de la ZAC de Mané Mourin Lavarion étant en cours de finalisation, c’est la zone sud proche du cimetière qui accueillera les futures constructions, environ 150 logements », explique Charlotte Le Talour. En campagne, seuls les bâtiments anciens pourront être transformés en maison d’habitation et les extensions seront limitées. Si l’ancien PLU prévoyait 144 ha de surfaces urbanisées, le nouveau n’en prévoit plus que 119, soit un gain de 25 ha rendu aux espaces agricoles ou naturels et devenus inconstructibles.

La phase de travail est désormais terminée. La révision du PLU va rentrer dans la phase administrative avec le vote en conseil municipal à la fin de l’année. La population pourra s’exprimer lors de l’enquête publique organisée au deuxième trimestre 2019. Elle pourra donner lieu à des ajustements avant un vote définitif au deuxième semestre 2019.

Samedis 13 et 20 octobre, de 9 h à 12 h, à la mairie, le maire et Charlotte Le Talour se tiennent à la disposition du public, afin de répondre aux questions et d’informer sur les nouvelles réglementations.

 

Le 15 octobre 2018

< Revenir aux actualités